• White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • White Instagram Icon
  • White YouTube Icon

© 2019 Plastic Bertrand 

A ce jour, Plastic Bertrand a vendu plus de 20 millions de disques dans le monde entier !

Ses chansons sont reprises par les plus grands groupes américains comme Sonic Youth, The Presidents of the United States, Leyla Kaye (Prince) ou les Red Chili Peppers, mais aussi comme bande originel de film : Le Loup de Wall Street (Leo- nardo di Caprio, Martin Scorsese), Three Kings (George Clooney), Me, Myself and I, Jackass the Movie, Rock’n’Roll (Guillaume Canet), Microbe et Gasoil (Michel Gon- dry), ...

Sa carrière internationale est couronnée dans le monde entier : 16 disques d’or, 5 disques de platine, Billboard Award (US), Grand Prix de l’Académie du Disque (France), Prix Sabam (Belgique), Rolls Royce Cup (Italie), Grand Prix du Midem (In- ternational), Who’s Who of the Year (International)...Coca-Cola Asie et Pepsi Amé- rique ont choisi « Ca plane pour moi » pour leurs campagnes de publicités sur leurs territoires.

Plastic Bertrand a été fait Chevalier de l’Ordre de la Couronne par le Roi Albert II de Belgique.

Plastic Bertrand compte à son actif 9 albums studio, 1 album live et 32 singles.

Né à Bruxelles le 24 février 1954 d’un père français et d’une mère ukrainienne. Musicien, auteur-compositeur, producteur, éditeur. Présentateur-animateur de télévision.

1963-1973

Alors qu’il a à peine neuf ans, en tant que chanteur et batteur, il monte son premier groupe chez les scouts, le « Bison Scout Band », qui exécute des covers des Rolling Stones. Il forme ensuite « Les Pélicans », qui se produisent avec succès dans les « boums ». Plus tard, « Les Pélicans » troquent leur nom pour « Passing the Time » et écument tous les clubs, bars et festivals des côtes belge et hollandaise, où il est engagé par Radio Véroni- ca, la radio pirate légendaire.

Parallèlement, il poursuit sa formation à l’Académie de Musique : solfège et percussion, et passe son Bac à l’Athénée Adolphe Max. En attendant son admission au Conservatoire Royal de Musique à Bruxelles, il étudie un an à l’Institut Saint-Luc, en section design.

1973-1977

En 1973, il entre enfin au Conservatoire, l’école supérieure de musique, en percussion, solfège et histoire de la musique. Secoué par le mouvement punk, il monte le groupe «Hubble Bubble», et partage son temps entre le Conservatoire, les répétitions et les concerts du groupe, et le théâtre des Galeries, où il est régisseur.

En 1975, l’album éponyme « Hubble Bubble », particulièrement trash, sort enfin. Plastic y figure comme auteur-compositeur, chanteur et batteur, sous le nom de Roger Junior. Mais

le groupe se disloque suite au décès du bassiste, victime d’un accident au retour d’une répétition.

1977-1998

1977 : il entame sa carrière solo, premier 45 T : «Ca plane pour moi». Il tourne, avec ses musiciens pour des concerts au Canada, Japon, Australie, Grande-Bretagne, Scandina- vie... toute l’Europe et les Etats-Unis où il est un des très rares artistes francophones à figurer dans les Charts du Billboard (la bible du showbiz américain).

Il se produit dans tous les shows de télévision et présente en plus, ses propres émissions : « Jackpot » (TFI), « Destination Noël» (France 2), « Due per Tutti » (RAI 2), « Supercool » (RTBF), dont il est aussi le producteur.

Entre 1982 et 1985, il habite Milan et plusieurs millions d’ italiens s’arrachent ses aven- tures dans une série de romans-photos dont il est la star. Il enregistre avec Frida, la chan- teuse brune du groupe Abba, et Daniel Balavoine, un conte musical pour enfants : « Ab- bacadabra ». Côté cinéma, début 80, il apparaît aux côtés de Claude Brasseur et de Thierry Lhermite, dans un film de Serge Leroy : « Légitime violence ». Plus tard, ce sera un court métrage de Thierry Dory : « Baoum ». Il collabore avec Vladimir Cosma à l’écri- ture de plusieurs musiques de films, dont « Astérix et la surprise de César ».

A part un album très personnel enregistré en 1994 pour Sony, « SUITE DIAGONALE », avec notamment la participation de Jacques Lanzmann, il décide d’explorer d’autres fa- cettes du monde de la musique et se consacre davantage à l’écriture et à la production. Dans le cadre de la société « MMD » qu’il a fondé avec Pierrette Broodthaers, il produira deux albums de David Janssen, un album de musique classique contemporaine turque pour clavecin et orgue, avec Leila Pinar, un album de world music avec le choeur Kazans- ky qui interprète de la musique ancienne des Balkans, et, dans un tout autre genre, il pro- duit un single pour l’ « Entarteur » Noël Godin : « Chantilly, c’est parti ».

1998-2000

Une nouvelle décennie s’ouvre : vingt ans après « Ca plane pour moi », Plastic Bertrand fait sa rentrée et les choses se précipitent. La chaîne anglaise MTV le plébiscite comme « most wanted come-back » (le retour d’un artiste le plus demandé par le public). Il est invité sur l’album « Get Ready ! » et réenregistre « Stop ou encore ». Le CD est immédiatement disque de platine en Belgique.

Ses grands succès sont remasterisés et sortent début 1998 dans une compilation très at- tendue (Universal-AMC). Plastic assume lui-même le remastering de ses titres pour re- trouver leur énergie initiale. Il est l’hôte des plus grandes émissions télé dans toute l’Europe.

Ce planning chargé ne l’empêche pas de se lancer, avec Pierrette Broodthaers, dans une nouvelle aventure : s’intéressant à l’art contemporain, ils ouvrent une galerie d’art : « Broodthaers & Bertrand ». Leur galerie collabore notamment avec le Musée d’Art Contemporain de Valenciennes à la réalisation d’un ensemble de 120 portraits de Plastic Bertrand à la façon d’Andy Warhol, conçu par l’artiste belge Jacques Charlier, et réalisé avec l’aide des élèves de l’Académie de Valenciennes.

Plastic Bertrand présente une émission bimensuelle « Duel » sur la RTBF (télévision belge) pendant deux saisons : un beau succès d’audience !

2001-2005

Plastic Bertrand est en tournée en Belgique, en France et en Suisse, et réapparaît en Al- lemagne pour une nouvelle série de concerts. Il écrit et compose de nouvelles chansons. Au cours de cette même année, il participe à plusieurs reprises à «Eurotrash» sur Channel 4, et est l’invité de la BBC 2, pour la fameuse émission « Clarckson ».

En 2002, il signe un nouveau contrat discographique et entre en studio pour enregistrer son huitième album « ULTRA TERRESTRE », sorti en novembre 2002 en Belgique. De septembre à novembre, il est le directeur et dirige la « STAR ACADEMY » sur RTLTVI, dont la finale aura lieu à Forest-National à Bruxelles le 15 novembre devant un public dé- chaîné.

En mars 2003, il monte un grand concert-évènement au Cirque Royal à Bruxelles, l’occa- sion de fêter ses 25 ans de succès. Accompagné d’un ensemble philharmonique, Plastic Bertrand y interprète ses nouveaux titres et ses grands tubes dont certains surprennent le public par de nouveaux arrangements, d’ autres sont chantés en duo avec des invités sur- prise, comme Hula-Hoop, chanté a cappella avec The Platters.

De juillet à septembre, Plastic présente tous les soirs « HIT STORY » sur France 3, une nouvelle émission musicale produite par Jean-Luc Delarue. En octobre, il tourne dans le film de Maurice Barthélémy (des Robins des Bois) « CASABLANCA DRIVER ».


En 2004,Plastic repart en tournée au Québec. Il est l’ invité des plus grands shows télévi- sés et donne dans le cadre du Bal en Blanc (festival des musiques électroniques) un concert exceptionnel accompagné par Poxy, Stefie Shock et DJ Frigid, figure embléma- tique de la scène underground avec qui il enregistre un duo «Machine !». Le concert de Montréal est déjà considéré comme légendaire ! Sortie de la compilation KinK! au Québec avec le duo Plastic-Frigid comme titre phare.

Il se voit nommé très officiellement par le Roi Albert II de Belgique le titre de Chevalier de l’Ordre de la Couronne.

En septembre, l’album «UltraTerrestre» sort enfin en France et Plastic fait le tour des télés avec notamment un passage très remarqué chez Thierry Ardisson sur France 2.

Début 2005, son titre « Machine », en duo avec DJ Frigid, ressort au Québec. Il est remixé par 3 grands DJ.s : Echo Kitty, Sean Kosa et Mateo Murphy.

TF1 lui propose de participer à la Ferme Célébrités 2. Plastic accepte, et contre toute at- tente, tient 6 semaines, soutenu en masse par le public. Il rapporte 60.000 Euros à l’Asso- ciation de défense des handicapés Perce Neige qu’il a choisi de représenter.

Sa carrière au Québec repart de plus belle avec son concert au Spectrum de Montréal pour les Francofolies. Toujours accompagné de ses musiciens du groupe Poxy, il y fait un véritable triomphe.

Pendant l’été, il donne une série de concerts en France, et rejoint Jean-Pierre Mocky pour le tournage du film « Le Bénévole » aux côtés de Michel Serrault.

En septembre, on le retrouve en Belgique pour participer à un concert à l’occasion des 175 ans de la Belgique, accompagné d’un orchestre symphonique. La fin de l’année sera gastronomique puisqu’il anime une émission de cuisine sur BeTV :
«Voulez-vous dîner avec moi ? »

2006-2010

Début 2006 Coca-Cola a choisi « Ca Plane pour Moi » pour sa campagne de pub en Asie. Son titre devient d’un coup la chanson française la plus jouée en Asie.


En mars, on retrouve Plastic sur la scène de Bercy à Paris pour 3 concerts exceptionnels en compagnie des Artistes classées n°1 de ces 25 dernières années. Puis c’est le tour- nage du film d’Olivier Monssens « Plastic Bertrand court toujours », un portrait très fouillé qui sera sur l’antenne de BeTV en octobre. Juillet le verra donner un sublime concert ac- compagné des Poxy, ses musiciens québécois, aux Francofolies de Spa avant d’entamer une nouvelle tournée au Québec. Tournée prestigieuse puisqu’il joue dans les plus grands festivals dont « Les Montgolfières » devant 80.000 personnes. En juin, même folie au Stade Roi Baudouin à Bruxelles pour le mémorial Van Damme où Plastic fait planer plus de 50.000 personnes.

Le 01/10 c’est une date mais aussi le nom d’un concert exceptionnel donné à Bruxelles où tous les artistes belges se sont mobilisés pour combattre l’extrême- droite. Plastic y a fait sensation dans un duo étonnant avec Daan. L’année se termine en beauté puisqu’il ap- prend que Pepsi a signé son titre pour sa campagne media en Amérique !

2007, l’album de Hubble Bubble ressort au japon sur le très trash label Nat Records . Plastic prépare son nouvel album qu’il enregistrera au mois de mai et juin avec Xavier Caféine (ex-Poxy, le groupe qui accompagnait Plastic dans sa tournée canadienne et aux Francos de Spa en juillet 2006). Il réalise cet album avec Xavier à Bruxelles, aux Studios Molière, là même où il enregistra ces premiers albums. « Dandy Bandit » sera son 9ème album studio.

En juillet, Plastic part avec ses musiciens pour 20 concerts en France et enchaîne en août par une énorme tournée à travers toute l’Australie, de Brisbane à Perth en passant par Sidney (à l’Arena du Stade Olympique !) et Melbourne. Le succès du « Countdown Spec- tacular Show » est... spectaculaire.

Le film d’Olivier Monssens « Plastic court toujours » passe en octobre sur la RTBF avec un belle audience à la clé et c’est encore avec Olivier que Plastic va écrire son autobio- graphie dont la sortie est prévue en février 2008.

2008, c’est le grand retour de Plastic en Italie: il est invité au légendaire Festival de San Remo et la RAI 1 l’engage pour « I megliori anni » un grand show-télé à Rome.


Son autobiographie « Ca plane...délires et des larmes » aux Editions du Rocher sort dans tous les pays francophones. Plastic enchaîne les télés et fait le tour des Salons du Livre pour y dédicacer son livre. En février, il est à Berlin pour enregistrer un single (Ca plane pour moi/Un homme responsable) avec Boss Hoss, un groupe allemand déjanté avec le- quel il fera un concert début mars à l’Arena de Berlin.

Plastic signe un contrat pour présenter le RTL DISCO SHOW (un plateau réunissant toutes les stars mondiales du disco comme Village people, Patrick Hernandez, Boney M...) et le voilà en tournée au mois de mai dans tous les Zénith de France. Pour la promo, il retrouve notamment Michel Drucker qui l’invite comme co-animateur de l’émission « Vi- vement Dimanche » sur France 2. Le temps de donner un concert exceptionnel à Toronto (accompagné par les Porn Flakes) pour fêter les 400 ans de la ville de Québec, Plastic re- vient en France pour une tournée de 20 dates dans le sud de la France sur le plateau de La Marseillaise.

La rentrée sera consacrée à la sortie de son 9ème album studio « Dandy Bandit ». En no- vembre on retrouve Plastic avec Daan pour un set étonnant enregistré au Théâtre Améri- cain à Bruxelles. La fin de l’année verra Plastic en compagnie de Phil Collins pour présen- ter un show au profit de « Little Dream Foundation » à Genève.

2009 démarre par le tournage d’un film pour Arte « On a kidnappé Plastic Bertrand » de Chad Chenouga avec Bruno Solo et Carole Richert. Puis Plastic enchaîne sur les répéti- tions RTL DISCO SHOW 2 et au mois de mai, le voici reparti pour la deuxième année en tournée dans tous les Zénith. Début juin, il monte le PINK SHOW ( une nouvelle formule de scène) pour une tournée de six dates en plein air en Belgique avec la RTBF. Plastic s’envole fin juin pour le Québec où il joue au festival du Québec sur les plaines d’Abraham (100.000 personnes !) avec les Lost Fingers. Il a d’ailleurs enregistré un titre sur leur al- bum « Rendez-vous rose » ce qu’il lui vaut un nouveau disque d’or (le 16ème !). A peine rentré de ce tour, il commence une tournée en France pendant tout l’été. En octobre, il en- registre un titre en duo avec Alec Mansion « 4 Love » pour l’album de Léopold Nord, « Léopold Nord et Eux ». Plastic termine l’année par un concert au mythique Forest National de Bruxelles et retourne au Canada pour un concert caritatif au Palais des Congrès de Montréal.

Début 2010 Plastic repart pour le Canada, à Vancouver pour un concert exceptionnel pour l’ouverture des Jeux Olympiques d’Hiver. Le lendemain il remonte sur scène pour un set DJ qu’il terminera par un duo de folie avec le groupe Misteur Valère. De retour en Europe Plastic travaille sur la line de cosmétiques PogoPogo dont il est l’inspirateur.

Un nouveau projet va l’emmener à Marseille pour enregistrer un EP-concept avec les Young Assassins. Il y revisite les standards américains. L’été sera dédié à des concerts en France , Belgique et Suisse.

A la rentrée, on le retrouve dans les plus grandes émissions de la télévision française et notamment dans Taratata de Naguy avec un duo fabuleux en compagnie de Philippe Kate- rine.Et c’est enfin par un concert triomphal à l’Olympia de Paris que se termine cette an- née.

Début 2014, Plastic se joint à la croisière « Age tendre et Tête de Bois « et se produit comme invité exceptionnel pour fêter les dernières de cette tournée. En avril, il rejoint, comme chaque année, Les Restos du Cœur pour 3 concerts en Belgique. Après quelques dates en été, Plastic démarre sa tournée « Rendez-vous avec les Stars » avec Nicoletta, Dave, Hugues Aufray, Petula Clark..., qui le mènera dans tous les Zénith de France mais aussi en Belgique et en Suisse. On le voit aussi sur la scène de l’Olympia en novembre pour fêter les 40 ans de scène de Patrick Sébastien en direct sur France 2.

Printemps 2015, Plastic poursuit sa tournée « Rendez-vous avec les Stars ». Son titre « Ca plane pour moi » est la chanson-phare de la B.O. du film « Microbe et Gasoil » de Mi- chel Gondry. En juin, il sera l’invité exceptionnel du Québec pour un concert à l’occasion de la fête nationale à Montréal. Il enchaînera ensuite un série de concerts en France jus- qu’au mois d’octobre.

2016

En février Plastic s’envole pour New-York pour travailler sur des maquettes d’un album anglais en projet. Pendant l’été, il va se produire en France mais aussi en Suisse pour un concert au Festival de Le Locle. Dès la rentrée, il prépare sa participation à « Stars 80 », show avec lequel il part en tournée début novembre pour 30 dates exceptionnelles dans les Zéniths en France .

 

2017

«Stars 80» est un énorme succès et reprendra dès février 2017 pour 60 concerts supplémentaires ! Le show sera aussi de tous les festivals importants pendant l’été. Ce qui n’empêchera pas Plastic de partir au Canada et de signer le plus gros concert de Montréal le 16 juillet devant 15 000 fans ! « Ca plane pour moi » apparait aussi dans la B.O. du film « Rock’n’Roll » de Guillaume Canet. Dès octobre Plastic repart une nouvelle fois en tournée pour 30 dates avec « Stars 80 ». A noter la sortie de l’album live du spectacle en décembre et un concert mémorable à l’U-Arena de Paris devant 40 000 spectateurs et en direct sur France 2.

2011-2015

En 2011, Plastic est présent sur les écrans télé ( L’école des Fans, Sébastien...) puis en- chaîne une série de concerts pour Les Restos du Cœur en Belgique avant de s’envoler pour l’île Maurice pour un live. Comme d’habitude l’été, il est en tournée en France. A la rentrée, il tourne « Tout le monde en a parlé » pour Ardisson sur Jimmy. La fin d’année sera consacrée à la préparation de son prochain album. 2012, après quelques passages télé, Plastic accepte, en février, de participer pendant une semaine à l’émission « Un dîner presque parfait » sur RTL/TVI et M6 en France. Il va nous faire découvrir ses talents culi- naires en restant fidèle à son humour plein de dérision! Son premier album An 1 (1978 ) ressort aux USA sur le label Cherry Red Records. Sortir un CD en Français en Amérique est exceptionnel, le re-sortir 34 ans plus tard est insensé ! Début mai, il accepte une se- maine d’interview sur Bel RTL, pour un portrait réalisé par Jean-Michel Zecca puis on re- trouve Plastic sur scène en Belgique pour une série de concerts au profit des Restos du Cœur. Le concert est capté par la RTBF qui le diffusera en fin d’année. L’été sera fait de plateaux en live avec quelques artistes comme Patrick Hernandez, Patrick Juvet....En no- vembre, Plastic joue les mannequins et défile pour l’association Objectif Ô. Il est habillé par Kriss Van Assche pour Dior Homme. Début décembre, il enregistre un titre « Notre Li- berté » avec une pléiade d’artistes dont Pascal Obispo, Amel Bent...toujours au profit des Restos du Cœur. C’est en Allemagne que Plastic termine 2012. Il est la guest star de RTL Germany pour le grand show télé du Nouvel An.

2013, Plastic ouvre cette année par une participation dans « Les Années Bonheur » sur France 2. Après quelques galas en France et Corse , il soutient quelques associations ca- ritatives par sa présence ( Les 5 clochers, Naevus 2000 France,...). On le retrouve aussi le 20 juillet à Bruxelles pour « Le Bal Populaire » un grand évènement en présence du Roi Albert II et Paola mais aussi des nouveaux souverains Philippe et Mathilde. Il sera en tournée dans le sud de la France au mois d’août. Il termine ce tour au Sporting de Monte Carlo dans la mythique « Salle des Etoiles » pour un spectacle privé qu’il présente égale- ment. En octobre il est un des artistes qui participent à « Sacrée Soirée », la célèbre émis- sion de TF1, pour la première fois sur live sur scène. Après une télé en Suisse , il part pour Montréal pour tourner le show de fin d’année de Radio Canada « En Direct de l’Uni- vers » dans un duo très remarqué avec Jeanette Bertrand (une grande dame du métier au Québec). Et 2013 se termine sur une dernière bonne nouvelle, « Ca Plane pour Moi » a été choisi par Martin Scorsese pour son film « Le Loup de Wall Street » avec Leonardo Di Caprio !

2018

Et ce n’est pas fini, « Stars 80 » reprend pour ses dernières dates au mois d’avril 2018. Pendant l’été, Plastic monte avec Lio le « Top Pop Show » une revue qui rend hommage à tous les grands hits pop. Le show sera notamment à Bruxelles au Bal National devant 16 000 persi-personnes et en présence du Roi et de la Reine de Belgique. Le temps de deux voyages éclair au Canada pour les plus grosses télés avec l’artiste sensation Hubert Lenoir et c’est déjà le temps de répéter la nouvelle tournée de « Stars 80 », une nouvelle production à très grands moyens et très rock, Plastic y rend aussi hommage à David Bowie dans une version de «Jean Genie» hallucinante ! La tournée part  le 1er novembre pour se terminer le 22 décembre 2019! Son célèbre costume noir de la pochette de l’album « AN 1 » et ses disques d’or et de platine sont exposés à la « Génération 80 Experience  »à Liège jusqu’au mois de mai 2019.

Singles

Hubble Bubble

 

1976

New Promotion / You'll Be the One (Sinus Music, Belgique)

Plastic Bertrand

1977

Pogo Pogo / Ça Plane pour moi (RKM, Belgique)
Ça Plane pour moi / Pogo Pogo (Vogue, France)
Ça Plane pour moi / Pogo Pogo (Hansa International, Allemagne) Ça Plane pour moi / Pogo Pogo (CBS, Suède)

1978

Ça Plane pour moi / Pogo Pogo (Durium, Italie)
Ça Plane pour moi / Pogo Pogo (RCA, Australie)
Ça Plane pour moi / Pogo Pogo (Reflejo, Espagne)
Ça Plane pour moi / Cliche Cliche (Tonpress, Pologne)
Ça Plane pour moi / Pogo Pogo (Sire, Grande-Bretagne)
Ça Plane pour moi / Pogo Pogo (Sire, États-Unis)
Bambino / Le Petit Tortillard (Vogue, France)
Bambino / Le Petit Tortillard (Hansa International, Allemagne) Super Cool / Affection (Vogue, France)
Sha la la la lee / Naïf Song (Vertigo, Grande-Bretagne)
C'est le Rock'n'Roll / Affection (Vertigo, Grande-Bretagne) Tout Petit la Planète / C'est le Rock'n'Roll (Vogue, France)

1979

Tout Petit la Planète / J'te fais un plan / Hit 78 (Sire, Grande-Bretagne) Sentimentale moi / Ouais ouais ouais ouais (Vogue, France)
Le Monde est merveilleux / J'te fais un plan (Vogue, France)

1980

Sans Amour / Plastic Boy (RKM, Belgique)
Téléphone à Téléphone mon Bijou / Stop ou encore (Vogue, France) Téléphone à Téléphone mon Bijou / Stop ou encore (Attic ATF, Canada) Téléphone à Téléphone mon Bijou / Kangourou Kangourou (CBS, Scandinavie)

1981

Hula Hoop / Amoureux fou de toi (RKM, Belgique)
Jacques Cousteau / Paradis (RKM, Belgique)
La Star à l'école / Baby Doll / Coeur d'acier (RKM, Belgique)

1982

L'Amour OK / New York / Stop ou encore - Duo avec Nathalie (RKM, Belgique)

1983

Arrêt d'autobus / Mon nez, mon nez (RKM, Belgique) Chat / Fou des Fifties (RKM, Belgique)
Major Tom / Miss Italie (RKM, Belgique)
Gueule d'amour / Downtown (RKM, Belgique)

1985

Astérix est là / Le Secret du druide (Carrère, France) - bande originale du film Astérix et la surprise de César

1986

Je l'jure / La Fille du premier rang (Carrère, France) Let's Slow Again / Toujours plus haut (Carrère, France)

1987

Amour amour / Amour amour (Surf, Belgique)

1988

Démente à la menthe / Démente à la menthe (Disc'AZ., Belgique)

1989

Slave to the Beat / Plastiiic Acid Mix (Double face A) (ARS, Belgique) Plastiiic Acid Mix / Slave to the Beat (Double face A) (Clever, Belgique) Plastiiic Acid Mix / Slave to the Beat (Double face A) (CBS, Allemagne) Slave to the Beat VDB mix (ARS, Belgique)

1990

Sex Tabou (ARS, Belgique)

1991

House Machine / Club Control featuring Plastic Bertrand (Indisc, Belgique)

1994

Les Joueurs de Tchick Tchick (Tristar, France)

2002

Playboy / Canapé (RM Records, Belgique)

2003

Plasticubration / Tous, touchez-vous (RM Records, Belgique)

2005

Machine / Remixes ( Kink ! Canada ) 

ALBUMS

Hubble Bubble

1976

Hubble Bubble (Barclay, Belgique) Hubble Bubble (Warner, France)

Plastic Bertrand

1978

An 1 (Vogue, France) (Le Petit Tortillard, Bambino, Naïf Song, Ça Plane pour moi, Sha la la la lee, Pognon Pognon, Dance Dance, Pogo Pogo...)
An 1 (Vogue, Canada)
An 1 (Sire, Grande-Bretagne)

Ça Plane pour moi (Sire, États-Unis)

1979

J'te fais un plan (Vogue, France) (J'te fais un plan, Affection, Téléphone à Téléphone mon Bijou, Super cool, Tout petit la planète...)
J'te fais un plan (Vogue, Canada)

1980

L'Album (Vogue, France) L'Album (Attic, Canada)

1981

Plastiquez vos baffles (Vogue, France) Plastiquez vos baffles (Attic, Canada) Grands succès, Greatest Hits (Attic, Canada)

1983

S'en aller de la terre (Carrère, France) Chat va (WEA, France)

1988

Pix (Play That Beat, Belgique)

1994

Suite Diagonale (Tristar, France)

1998

Plastic Bertrand - Compilation (Universal, France) Hubble Bubble (Edition pirate)

2002

Ultra Terrestre (RM Records, Belgique)

2004

Ultra Terrestre (Sergent Major, France)

2009

Dandy Bandit (MMD, Belgique)

2010

Plastic Bertrand feat. The Young Assassins (MMD, Belgique)